Blog Officiel de l'Association "LES PLATANES" du Camping du Gave - Sauveterre de Béarn.
Les Infos - Les coups de cœur - Peut-être même des coups de gueule, on ne sait jamais - Le camping et son environnement, son équipe et ses résidents, les bons moments comme les plus difficiles.

Ce n'est pas une entrée comme les autres ...

 Ce n'est pas le seuil du purgatoire ...
pourtant c'est bel et bien l'entrée du paradis !



C'est une arche ... ... mais pas de Noé !

 La preuve ... qu'elle est bien utile,
quand elle n'est plus encombrée ...


Un tout petit échantillon nature de l'Île de la Glère

 

 

L'ail des Ours
L'Ail des ours (Allium Ursinum), également appelé Ail sauvage ou Ail des bois, est une espèce de plantes herbacées vivaces de la famille des Amaryllidacées.

Pour de plus amples informations

********************************************************************************


La lathrée clandestine pousse de préférence dans les boisements humides ou frais des fonds de vallées, en général à proximité de ruisseaux où elle parasite les racines de divers arbres 
(peupliers, saules, aulnes, chênes ou noisetiers) aux dépens desquels elle se nourrit. 
C'est un holoparasite, qui n'a ni feuilles ni chlorophylle et puise sa nourriture 
dans les racines de ses hôtes grâce à des suçoirs.

Pour de plus amples informations


Encore et toujours du Gave ...

Eh oui, c'est bien une maladie ...
Et celle là, pas de vaccin connu !!!!




 

Une petite balade vers Barcus et Orriule pour voir les montagnes ...

 On ne peut pas s'en lasser ...
Méfiez vous ... c'est contagieux !! 










Suite de l'histoire ... Le Pays basque, Episode 3

"Peuple unique
à la langue étonnante,
Les Basques
tiennent à leur différence"

 


Dans le drapeau basque, l'Ikurrina,
le rouge représente la Biscaye,
le sang du peuple basque,
le vert, rapelle la croix verte de St André,
évocation du chêne de Guernica,
symbole de l'indépendance,
et le blanc affirme la foi en Dieu,
par la croix blanche.
Bien plus que le territoire
c'est la langue
qui a déterminé les limites du territoire.

Des peuplades celtes arrivent dans la région à partir de 800 avant J.C 
et se mélangent aux autochtones.

Elle est ensuite occupée par les romains qui fondent Pampelune, 
puis soumettent les Aquitains.

Pour échapper à l'emprise des envahisseurs, 
la population locale se réfugie dans la zone montagneuse,
mais essaie en même temps de défendre la plaine, 
nécessaire à son économie pastorale de transhumance.

Sous la "Pax Romana", les Navarrais, successeurs des Vascones, 
créent autour de Pampelune un royaume
destiné à organiser la résistance contre les Arabes. 

C'est néanmoins aux côtés de ces derniers
que les Basques infligent à Charlemagne, le revers de Roncevaux.

Mais l'histoire de ce royaume, qui va durer jusqu'au XVI° siècle 
est une longue succession de luttes pour établir,
puis préserver les frontières avec les puissances environnantes.

Au XVIII° siècle les provinces basques (au nord comme au sud) bénéficient d'un statut particulier :
respect des coutumes et des libertés, absence de servage, etc. 
C'est également au cours de ce siècle
que surgissent les prémices du nationalisme basque.

En 1790, la Constituante décide d'unir le Labourd, la Basse-Navarre, la Soule et le Béarn
en un seul département, les Basses Pyrénées, 
devenu aujourd'hui les Pyrénées-Atlantiques.

Le Pays Basque est une région montagneuse 
dont les sommets s'élèvent en France à un peu plus de 2000 m.
Les cols, bas, permettent une communication aisée avec la péninsule Ibérique.
Le relief accidenté et les paysages très variés, ainsi q'une histoire géologique ancienne et complexe,
font du pays basque une véritable mosaïque de petites unités naturelles.
Les montagnes dénudées alternent avec des hautes collines recouvertes de forêts et de Landes,
des gorges vertigineuses, des torrents et des cascades. 
L'Adour et la Bidassoa servent de frontières au pays.

La région la plus basse et la plus occidentale du pays basque, le Labourd, 
s'ouvre sur l'océan atlantique qu'il affronte inlassablement. 

Aux sables landais succèdent ici des falaises rocheuses et déchiquetées,
taillées dans des grès calcaires, les marnes bleues ou le flysch crétacé,
côte sauvage que seuls interrompent les estuaires.

Dans ce pays vert où dominent vallons et collines, 
l'urbanisme et les aménagements touristiques
gagnent de plus en plus sur la campagne, 
et les principales activités sont concentrées autour des villes.

Plus complexe du point de vue géographique et hydrographique, 
la Basse-Navarre, divisée en six régions, est un pays rude essentiellement rural.

Enfin les montagnes de Soule, couvertes de hêtraies, sont occupées par l'élevage d'ovins en été.
Les vallées se consacrent à la polyculture et à l'élevage non sans difficulté.

Villes principales et Hauts Lieux du Pays Basque
Bayonne, Anglet, Biarritz, Saint jean de Luz, Hendaye, 
Urrugne, Ciboure, Ascain, Ustaritz (capitale historique)
Bidart, Cambo les bains, Hasparren, Saint Palais, Mauléon, 
Tardets, Larrau, St Jean Pied de Port, St Etienne de Baïgorry,
Ainhoa, Espelette, La Bastide Clairence, 
et tous les vestiges des chemins de St Jacques de Compostelle.

Traditions basques
Fêtes (Bayonne, Pampelune) et chants, Pelote basque, 
Danses et Musique, Gastronomie, la Force basque,
Improvisations vocales, Pastoralisme, le béret, le makhila, le patxaran, l'espadrille, le cidre,

Enfin, le Lauburu : Croix basque, à quatre têtes, symbole solaire,
synonyme de renaissance et de force créatrice de la nature,
symbole magique que l'on retrouve au fronton de bien des sépultures,
de même nature que les croix gaéliques et celtiques,
talisman contre la magie malicieuse, apporte santé, et chance.


Le Pays basque (Euskal Herria)
s'étend sur la France (Ipharalde) et l'Espagne (Euzkadi)
Il comprend 7 provinces, les trois françaises (Labourd, Soule, et Basse-Navarre)
et les quatre espagnoles (Navarre, Alava, Biscaye, Guipuzcao)

Une des devises du Pays Basque dans son ensemble, est d'ailleurs,
"les sept ne font qu'un" (Zazpiak Bat)




Suite de l'Histoire ... Le Béarn, Episode 2

"Je donne la France au Béarn
et non le Béarn à la France"
(Henri IV )


Un peu d'histoire ...

Le Béarn a une histoire originale.
Même Jules César disait que les gens de cette région 
n'étaient pas des Gaulois,
dont ils n'avaient ni la langue ni les coutumes.

Le nom de Béarn provient de celui d'une cité gallo-romaine : Bénéharnum (Lescar).

Le vicomté se constitua au IX° siècle. 
Il eut pour première capitale Lescar.
Puis après sa destruction par les Sarrasins, Morlaàs, Orthez et Pau se succédèrent.

Gaston Phébus essaya de faire du Béarn, 
passé au comte de Foix au XIII° siècle, 
un état moderne et souverain.
Il refusa de prêter serment au roi de France, Philippe VI de Valois
et empêcha le Prince Noir d'annexer le Béarn à l'Aquitaine anglaise.
L'adhésion de Jeanne d'Albret à la Réforme 
contribua à plonger le pays dans les guerres de religion.

Son fils Henri devint roi de France et de Navarre sous le nom d'Henri IV.
Il fut le dernier comte de Béarn. 

Après sa mort, le Béarn traversa une période agitée.
Pau fut occupé militairement 
et le Béarn fut rattaché d'office au royaume de France le 20 Octobre 1620,
avec la promesse de respecter les droits octroyés par les prédécesseurs.

Il conserva son parlement, sa langue, 
et connut un essor économique important au XVIII° siècle.

Le 12 janvier 1790, quand l'Assemblée Nationale créa le département des Basses Pyrénées, 
le Béarn cessa d'exister.

Son essor économique fut brisé par l'occupation Anglo Espagnole en 1814. 

Aujourd'hui, le Béarn développe son tourisme, 
grâce au thermalisme, 
aux activités spéléologiques, 
à la pêche au saumon,
aux eaux des Gaves propices aux canoë kayak, 
à sa gastronomie, 
et ses produits régionaux
issus de ses campagnes paisibles et riches en paysages exceptionnels.

Et un peu de Géo aussi ...

Situé entre Pays basque à l'ouest, Landes au nord et Bigorre à l'est,
le Béarn comprend les bassins du moyen Gave de Pau, du Gave d'Oloron 
et des Luys (Communauté de communes composée de 66 communes)

Le sud du Béarn, dans la zone axiale pyrénéenne, 
porte les sommets les plus élevés de la partie occidentale de la chaîne :
Le Pic du Midi d'Ossau (2885 m) et le Pic d'Anie (2504 m).

Les deux grandes vallées d'Aspe et d'Ossau correspondent à d'importantes failles méridiennes dans lesquelles l'érosion glaciaire du quaternaire a creusé de profondes gorges et de belles vallées en auge.
Elles remontent vers les cols du Somport (1631 m) et du Pourtalet (1794 m) 
seules voies d'accès vers la Navarre.

L'avant-pays offre un relief complexe de collines et de coteaux 
dont l'altitude décroit vers le nord-ouest.
Au nord, l'ensemble est aéré par de grandes vallées alluviales 
(Gave de Pau, Gave d'Oloron)

La forte humidité des Pyrénées 
(plus de 3000 mm de précipitations annuelles au Pic d'Anie)
favorise le développement des forêts de chênes, châtaigniers, 
puis plus haut en altitude, hêtres et sapins à l'est .
Les précipitations neigeuses abondantes, sont très irrégulières.
De plus le manteau neigeux peut fondre très rapidement en hiver par vent de sud,
ce qui n'est pas très approprié au tourisme d'hiver.

La gastronomie prend une part très importante dans le Béarn.
C'est une tradition de bien manger et de bien vivre
Garbure, confits, foies gras, jambon et autres fromages pur brebis,
sont autant d'ingrédients qui font du Béarn une immense table
aux mille recettes authentiques et aux mille saveurs inoubliables.

Le Béarn est aussi une terre attachée à sa culture et à ses traditions vivantes et vivaces.

Villes principales
Pau, Orthez, Oloron Sainte Marie (porte des vallées béarnaises),
Billère, Salies de Béarn, Mourenx, Navarrenx,
Sauveterre de Béarn (La Cité Médiévale), Morlaàs, Lescar, Jurançon, Montaner.

Traditions
Gastronomie (l'art du bien manger et du bien vivre), 
Chasse à la Palombe,
Pêche au Saumon et à la truite, Eaux vives,
Folklore (Danse et Musique), Langue Béarnaise 
et ses "Calendretas" (écoles de langue occitane en maternelle),
la transhumance, la blonde d'Aquitaine (race bovine incontournable)
et toute la vie culturelle très active.

Un peu d'Histoire-Géo ... Les Pyrénées Atlantiques, Episode 1

  Le 12 janvier 1790, 


l'Assemblée nationale institue le Département des Basses Pyrénées, 
réunissant le Béarn, les trois provinces françaises de langue basque
(le Labourd, la Basse Navarre et la Soule), 
ainsi que les terres gasconnes de Bayonne et de Bidache.


Un peu de géographie

Le département s'étend principalement sur l'ouest de la chaîne pyrénéenne.
Il est bordé à l'ouest par le golfe de Gascogne ou de Biscaye (côte Basque).
La chaîne des Pyrénées traverse le département d'est en ouest 
du col d'Aubisque à la Bidassoa.
Le massif pyrénéen s'y élève peu à peu du littoral vers l'intérieur,
pour terminer à son extrémité sud orientale à 2884m, au Pic du Midi d'Ossau.
Le reste du massif est recouvert de vastes forêts de hêtres et de conifères.
Des vallées encaissées marquent le Haut Béarn.
Du côté de l'Atlantique, le Pays basque présente des montagnes moins élevées,
aux sommets arrondis, tapissées de fougères et de bois.
Le pied des Pyrénées est une région de côteaux entaillés 
par de larges vallées transversales, favorables à l'agriculture.

Dans le nord-est du département, 
le Béarn est traversé en diagonale par les gaves de Pau et d'Oloron.
L'élevage s'est développé sur ses plateaux peu fertiles. 
Presque toutes les rivières s'écoulent vers l'Adour.
Le climat favorise la forêt, les herbages et la lande, 
lorsque la culture du maïs n'est pas venue les remplacer.

Trois vallées sont remarquables dans les Pyrénées béarnaises (Haut Béarn)
la vallée d'Ossau (Pourtalet, 1 794 m) dominée par le Pic du Midi d'Ossau (2 884 m)
la vallée d'Aspe (Somport, 1 650 m) s'ouvrant sur le Haut Aragon
et la vallée de Baretous s'ouvrant sur la vallée navarraise 
de Roncal par le Col de La Pierre Saint-Martin.

Les Pyrénées béarnaises vont, d'ouest en est, 
du Pic d'Anie (2 504 m) au Pic Palas (2 974 m)
qui est le point culminant du département.

Et un peu d'histoire pour tout comprendre

Sous l'Antiquité, les turbulents Aquitains furent soumis par Pompée, le romain.

Plus tard, les basques se sont alliés aux Arabes 
pour combattre les armées de Charlemagne, à Roncevaux.

Puis à partir du X° siècle, l'ensemble des états pyrénéens 
joua un rôle important dans le gouvernement de la France.
Henri IV fut le dernier comte de Béarn avant de devenir roi de France.

La région semble avoir joui de privilèges spécifiques tout le long de son histoire.
Par exemple, en 1620, le roi respecte les chartes particulières (les fors) 
qui régissent la province.
Plus tard, à la veille de la Révolution, l'ensemble des provinces basques 
bénéficient d'un statut privilégié qui leur garanti certaines libertés.

En 1790, les provinces basques sont fondues tant bien que mal avec le Béarn 
pour former les Basses Pyrénées.

En 1969, le département devient les Pyrénées Atlantiques,
dont la population se répartit en Béarnais à l'est, et Basques à l'ouest.

Après un siècle de stagnation de sa population,
le département a bénéficié d'un fort accroissement depuis le milieu des années 50.

La minute "culture" de votre blog ... Eh oui, ça arrive !!!

 Pourquoi le pic du Midi d’Ossau est-il surnommé
« Jean-Pierre » ?

Source Journal SUD OUEST du 22.02.2024

Le pic du Midi d’Ossau est un vestige de l’ancien volcan d’Ossau, formé il y a de ça 278 millions d’années. © Crédit photo : David Le Deodic

Fierté nationale (surtout à Pau), le pic du Midi d’Ossau est aussi connu sous le sobriquet de
« Jean-Pierre »
Plus qu’un surnom affectueux, il tire son origine dans une légende aussi mystique que mythique.

Dans le Béarn, on est fier de notre pic du Midi d’Ossau.
Ou devrait-on dire, de notre « Jean-Pierre »
Ce sommet mythique des Pyrénées, du haut de ses 2 884 mètres, n’en finit pas de faire rêver.

Avec sa forme atypique nous rappelant presque certaines scènes des « Dents de la mer »,
le sommet - vestiges d’un ancien volcan - dépasse de quelques centimètres son cousin,
le pic du Midi de Bigorre (2 876 mètres).

Mais comment préserver les mythes qui entourent le sommet
avec un surnom aussi sympathique que « Jean-Pierre » ?
Cela nous vient tout simplement d’une légende locale, transmise de génération en génération
avec plus ou moins d’exactitudes.
Dans son ouvrage « 1 000 lieux légendaires et mystérieux des Pyrénées - Volume 2 »,
Francis Baro revient sur la légende d’Ossau la plus répandue. Âmes sensibles s‘abstenir.

Il y a bien longtemps, vivaient dans les hauts pâturages de Peyreget deux bergers. Jean, le petit, et Pierre, le colosse. Les jumeaux avaient pour mission d’empêcher
les barbares d’envahir la vallée d’Ossau.

Une nuit, alors que Pierre gardait ses brebis, un grondement épouvantable
provenant des profondeurs de la terre retentit.
Redoutant des êtres maléfiques, il appela son frère Jean à la rescousse.
C’est alors qu’un bouc noir s’attaqua à lui.
Après une lutte acharnée, Jean finit par sauver son jumeau.

Une sorcière surgit alors des entrailles de la terre et les y fit tomber.
Pendant ce temps, les tant redoutés barbares, qui avaient signé un pacte avec le Diable,
profitèrent de l’inattention des bergers pour ravager la vallée et ses habitants.
Les eaux des gaves se colorèrent de sang (on vous avait prévenu, ça fait peur).

Après trois jours et trois nuits de combat,
Pierre et Jean parviennent à se débarrasser de leurs opposants
en volant deux épées forgées dans le feu des enfers.
Furieux, le Diable les pétrifia pour l’éternité,
donnant ainsi lieu aux indissociables
grands et petits pics du pic du Midi d’Ossau.