dimanche 13 janvier 2019

Très bonne nouvelle pour la biodiversité ... (Source : France 3 Nouvelle Aquitaine)


Un castor repéré sur les bords de la Nive au Pays Basque plus de 300 ans après la disparition de l'espèce dans la région

Le castor a pu être filmé en pleine action par un piège photographique installé par les agents de l'Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage / © ONCFS
Des troncs d'arbres coupés, taillés en biseau, des écorces de branches rongées près de cours d'eau... il y a des traces qui ne trompent pas.
Bertrand Couillens était en vacances au Pays Basque quand il a découvert ces indices assez frappants pour le naturaliste qu'il est.
"On voit bien la trace des dents. A la taille, on sait que ce n'est pas un jeune. C'est un individu à priori adulte" nous fait-il remarquer en nous emmenant sur les lieux de sa découverte, dans le secteur d'Ustaritz.
Son témoignage, en février 2018, a poussé les agents de l'Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage à pousser plus loin les investigations. Avec des expertises d'abord, puis la mise en place de 
pièges photographiques en fin d'année.
 
Un castor en pleine action
C'est avec beaucoup d'émotion qu'ils ont découvert les premières images d'un castor en pleine action début janvier.
On distingue très clairement 
le rongeur transporter des branches, peut-être pour construire sa hutte ou faire des réserves pour l'hiver.
Un castor a été filmé en pleine action par un piège photographique mis en place par les agents de l'ONCFS des Pyrénées-Atlantiques. L'espèce avait disparu de la région depuis plus de 3 siècles.
"Le plus marquant c'est sa queue plate qui fait 13 à 16cm, bien reconnaissable, on ne peut pas la confondre avec d'autres espèces"assure Laurent Erguy, un des agents de l'ONCSF des Pyrénées-Atlantiques.
Le castor, qui évolue en partie dans l'eau, a en effet une 
queue en forme de palette, très large et écailleuse. Il possède des orteils palmés, de longues incisives et une fourrure brun foncé à gris noir.
C'est en grande partie à cause de cette précieuse fourrure que l'espèce a disparu du Pays Basque il y a plus de trois cents ans. Victime de la chasse.

Restera t-il dans la région ?
Ce castor, le seul identifié pour l'instant, pourrait être issu du groupe réintroduit en 2003 dans le bassin de l'Ebre dans le nord de l'Espagne.
Sachant que les jeunes quittent le groupe à deux ans, parcourant jusqu'à 100 kilomètres, il aurait pu avoir l'idée de s'installer dans ce 
secteur très favorable à son espèce. Entouré d'eau et d'arbres qu'il apprécie, en l'occurrence des saules et des peupliers.
"
Quelque soit l'origine de ce castor, il reste une espèce protégée" prévient Laurent Erguy. Pas question de le déranger. "C'est un acte non seulement condamnable mais aussi préjudiciable à l'espèce".
Le
 chasser constitue un délit avec de lourdes condamnations à la clef (jusqu'à 150 000 euros d'amende et deux ans de prison).
L'ONCFS va poursuivre ses observations et sa surveillance du rongeur. Le castor vit 7 à 8 ans en moyenne. Il s'installe dans des terriers ou des huttes qu'il construit lui-même à l'aide de branchages, au-dessus de cours d'eau pour avoir des entrées immergées.



Source : France 3 Nouvelle Aquitaine.

lundi 24 décembre 2018

En direct de nos envoyés spéciaux en Belgique !

De nos amis Jo et Anne ...
qui pensent autant à nous
qu'on pense à eux !!!!!
Merci et Super fêtes.



vendredi 7 décembre 2018

Pelleteuses, camions, rochers et graviers au menu de décembre ...

Merci Franckie pour les dernières nouvelles du front ...

On dirait que la victoire approche ...
Les nominés sont rochers et graviers ...
Les vedettes sont pelleteuses et camions ...
Les chemins sont consolidés par de l'enrochement,
et surtout rehaussés sensiblement.

Efficacité, Rapidité, Résultat
sont les maîtres mots du moment.

Et le grand vainqueur sera,
obligatoirement, le

CAMPING DU GAVE

Il confortera sa cotation triple A
(Accueil, Amitié, Ambiance)
renforcera sa notoriété, 
et poursuivra, paisiblement, son petit bonhomme de chemin,
au bord d'un Gave maîtrisé !

Encore merci à Franckie et toute sa brillante équipe
© Crédits photos Franckie LEVITE

 

 



© Crédits photos Franckie LEVITE

samedi 24 novembre 2018

Dommage pour les arbres ... mais indispensable !

Oui ! Super dommage pour tous ces arbres ...
Mais "sécurité avant tout", bien sûr !!!
On ne peut pas rehausser la digue
avec des arbres dessus ...

Sans ces travaux,
c'est l'existence même du Camping qui était en jeu !!

Les arbres vont repousser,
et le camping va perdurer
encore de longues années!

Et merci à Loulou pour les photos.








vendredi 23 novembre 2018

Les feuilles tombent ... les arbres aussi !

Ces photos ont été prises par différentes personnes
que je remercie vivement.
(Loulou, Dédé, Roseline, Franckie)

Tout le monde peut ainsi
suivre les transformations gigantesques
de notre environnement campinologique.

IMPRESSIONNANT !!

Souhaitons que la suite des travaux soit à la hauteur de nos espoirs
de ne surtout pas revoir des événements
aussi dramatiques que ceux que nous avons endurés ...
mais surmontés !!!





  
 










 

 






Merci à tous !

La valse des mobil-home a commencé !!

Du beau, du très beau temps,
pour le début du remue-ménage d'automne au camping.
Les mobil-home ont la bougeotte ...





lundi 12 novembre 2018

Du jamais vu ...

C'est bien votre camping
que je vous propose de visiter !

Mais d'une manière inédite ...

A bord d'un drone ...
piloté par Michel, le breton,
sur une musique de Richard,
et un montage vidéo de Sergio





samedi 27 octobre 2018

De nos envoyés spéciaux au bord du Gave ...

Eh oui, ça y est 
l'automne, le vrai,
est là ...

Les travaux sur l’île ont commencé !


Les pelleteuses et les camions sont partis !!
Le remplacement du parcours "Kayak" a commencé,
Poteaux, câbles et portes seront bientôt à nouveau en place.

En attendant, nous admirons cet environnement sublime.

Pour commencer
quelques minutes de vidéo.


Le Gave longe le camping
et le berce de son doux murmure.


Enfin, la galerie de photos,
Indispensable ...
Incontournable ...
Irremplaçable ...
Inoubliable ...

Bref, obligatoire
si l'on veut apprécier cette nature
qui nous accompagne tous les jours.
















On ne partira pas sans un regard bienveillant sur le camping,
notre "camping à nous",
notre "chez nous",
notre cocon d'amitié,

 sans lui, il nous manque forcement le principal :
Le bonheur d'être au cœur de la nature,
bercés par le Gave,
abreuvés et nourris par l'amitié,





Un dernier regard sur les bords du Gave,
et ses grands arbres, 
qui doivent (probablement) 
prochainement disparaître.
Dommage, mais, semble-t-il,
ce sera pour notre sécurité future.




 

 

De nouvelles photos plus tard,
après la modification de notre horizon.